Bernina : L’irréductible Suisse qui résiste encore et toujours

Nous sommes en 2018 après Jésus-Christ. Toutes les machines à coudre sont produites en Asie. Toutes ? Non ! Une famille d’irréductibles Suisses résiste encore et toujours à la délocalisation…”

De l’autre côté du lac

Par une froide nuit d’hiver, une jeune fille rame silencieusement sur les eaux de l’Untersee, le plus petit des deux lacs qui forment la frontière entre la Suisse et l’Allemagne. Anastasia s’en va rejoindre son époux, Johann Georg Gegauf, médecin dans un petit village allemand qui s’est ouvertement et ardemment déclaré en faveur de la révolution de Baden.

Après plus d’une année de lutte, les révolutionnaires de Baden se sont rendu maître d’une partie du territoire du Grand Duché de Baden (sud-ouest de l’Allemagne actuelle) et y ont établi une république en juillet 1848. Mais dès 1949, le mouvement démocratique ayant été réprimé et ses dirigeants exécutés, Johann a dû prendre le maquis en Suisse, de l’autre côté du lac, à Steckborn.

Courageuse et déterminée, Anastasia Nägele répétera sa traversée nocturne vers la Suisse chaque mois pendant près de deux ans. Lorsqu’en 1851 l’état de guerre prend fin, le Dr Gegauf peut retourner dans son pays natal, en Allemagne.

Vue de la ville de Steckborn

Steckborn vu du lac Constance

Anastasia et Johann resteront mariés près de 40 ans et aurons cinq fils dont Karl Friedrich Gegauf qui naît en 1860 et qui sera à l’origine de la saga Bernina. La famille Gegauf se sentira toujours plus à l’aise à Steckborn, la ville Suisse où Johann s’était réfugié pendant son exil, qu’en Allemagne. Elle en fera son fief et finira par prendre la nationalité Suisse.

rives du lac Constance Suisse

Les rives du lac constance où se déroule l’histoire des Gegauf et de Bernina sont connues pour leurs paysages paradisiaques. Je n’ai pas pu résister à vous en montrer plusieurs vues.

Il semble que dès l’enfance, Karl Friedrich Gegauf, le fils d’Anastasia et de Johann, était exceptionnellement intelligent et construisait déjà toutes sortes de petites machines. Son père, compréhensif ou résigné, a accepté que son fils ne serait pas médecin et l’a envoyé apprendre la mécanique, un choix de carrière qui représentait un déclassement social majeur pour un fils de docteur.

Nul n’est prophète en son pays

A 19 ans, Karl Friedrich Gegauf commençe à travailler comme mécanicien dans l’usine de machines à broder Baum à Rorschach.

Mouchoir brodé par machine mannuelle

Un mouchoir avec broderie de la seconde moitié du XIXème siècle. Que de raffinements pour une si petite pièce !

Pour son travail, Karl se déplace beaucoup, en Italie, en Irlande en France et jusqu’aux Etats-unis. C’est là-bas qu’il met au point un appareil à monogrammes capable d’être monté sur des machines à broder existantes. A cette époque, il était à la mode de faire broder ses initiales (monogramme) sur les nappes, les mouchoirs, les sous-vêtements, la literie et toutes sortes de textiles. L’invention de Karl venait donc à propos. Cependant, lorsqu’en 19866, de retour en Suisse, il présenta son appareil aux usines de broderie, aucune ne s’y intéressa. On image sa déception.

Machine à broder manuelle de 1890

Machine à broder manuelle de 1890

Il faut dire que les industriels de la broderie redoutèrent longtemps tout ce qui détruisait le travail manuel, tout comme les tailleurs avaient initialement rejeté la machine à coudre. C’est l’ouverture du marché américain et l’explosion de la demande de broderie qui les force à mécaniser leur production. Le Français Josué Heilmann qui a inventé la première machine à broder en 1828 à Mulhouse, plus de 20 ans avant qu’Isaac Singer ne dépose son brevet de machine à coudre, n’en vendit que deux alors que c’est sa technologie qui est à l’origine des machines à broder actuelles.

Billet Suisse de 500 Francs de 1911

Billet Suisse de 500 Francs de 1911. Au début du 20ème siècle, la broderie était le premier produit d’exportation du pays. 1 Suisse dur 5 vivait de cette industrie. La première guerre mondiale amorcera son déclin.

On comprend mieux pourquoi en juillet 2000, la Suisse a émis le premier timbre entièrement brodé du monde (oui, vous avez bien lu, de la vraie broderie, pas une photo) et pourquoi aujourd’hui encore les broderies de la région de Saint Gallen (non loin de steckborn, fief de Bernina) sont très recherchées par la haute couture.

Timbre brodé

Timbre brodé émis par la poste Suisse le 21 juin 2000

Mais revenons à Karl Gegauf.

Sa frustration d’avoir vu son invention rejetée explique sans doute pourquoi 4 ans plus tard, en 1890, l’année où son père décède, peut-être aidé par l’héritage familial, Karl lance son propre atelier de broderie et de mécanique pour fabriquer sa machine à broder les monogrammes. Il s’associe avec son frère, Georg. L’entreprise des frères Gegauf, « Gebrüder Gegauf » compte une dizaine d’employés et est installée dans l’ancien couvent cistercien de Steckborn. Georg s’occupe du commercial et Karl de la technique. Il continu à explorer et développer ses innovations. Il s’est désormais mis en tête de fabriquer une machine capable de réaliser automatiquement les ourlets, une tâche fastidieuse jusqu’alors réalisée manuellement dans les ateliers de confection.

Karl Friedrich Gegauf

En 1892, Karl Gegauf dépose un brevet pour sa première machine à coudre, elle est la première au monde à faire des ourlets au rythme de 1000-1200 points par minute (le chiffre de 100 points par minute apparaît quasi systématiquement sur Internet, mais comme le prouve une affiche publicitaire de l’époque, le bon chiffre est bien 1000 à 1200 points par minute). L’année suivante, Karl la présente à des professionnels. Ces mêmes personnes qui avaient rejeté appareil à monogrammes sont cette fois vite séduit par la nouvelle innovation de Karl et les commandes affluent.

Machine a ourlets

La première machine à coudre des Gegauf est un appareil industriel destiné aux professionnels. Elle est la première machine à industrielle capable de faire des ourlets.

La maison brûle !

Alors que la jeune société commence tout juste à récolter les fruits de longues années de travail, un incendie ravage l’atelier. Seul le prototype de la machine à coudre les ourlets a pu être sauvé ! Les Gegauf réinstallent à la hâte l’atelier dans un hangar et décident de concentrer toute leur activité sur la seule machine à ourlets, abandonnant l’appareil à monogrammes.

Leur résilience sera payante. Le succès de leur machine est tel que l’expression « gegaufen » s’imposa pour décrire la production automatique d’ourlets et d’ornements, tout comme aujourd’hui « googler » tend à s’imposer pour décrire le fait de faire une recherche sur Internet.

Les frères Gegauf peuvent déménager dans une nouvelle usine, plus vaste, plus moderne et mieux équipée. Vers 1900, 70 à 80 personnes travaillaient dans la nouvelle fabrique.

Karl Gegauf (à droite) dans son automobile, la TG1. Le succès commercial de sa machine à coudre offrit à Karl une vie aisée. Il fût le premier à posséder une automobile dans son canton. On dit qu’elle traversait la ville grinçante et fumante ce qui effrayait les habitants.

Karl Gegauf (à droite) dans son automobile, la TG1. Le succès commercial de sa machine à coudre offrit à Karl une vie aisée. Il fût le premier à posséder une automobile dans son canton. On dit qu’elle traversait la ville grinçante et fumante ce qui effrayait les habitants.

Gegauf devient Bernina

La première guerre mondiale met un terme à l’expansion de la société Gegauf. Les exportations étant interdites, les frères Gegauf se tournent vers des produits alternatifs comme les ouvre-boîtes. Pour compliquer le tout, Georg meurt en 1917 des suites d’un accident. La fin de la guerre ramène la prospérité des affaires. Outre la machine à ourlets standard, les Gegauf fabriquent aussi un appareil capable de faire des ourlets sur la soie artificielle, le nouveau tissu à la mode, qui remporte un franc succès.

On doit à nouveau s’agrandir. La société s’installe alors dans la banlieue de la ville, sur le site qu’elle occupe encore aujourd’hui. Avec la crise économique née du krach boursier d’octobre 1929, les commandes s’effondrent. La moitié du personnel est licenciée. Les Gegauf doivent d’urgence trouver un nouveau produit à fabriquer. Ils constatent que la Suisse importe annuellement 20 000 machines à coudre domestiques et décident de se lancer sur ce marché.

Machine a coudre Bernina 105

La Bernina 105 (1932), première machine à coudre non-industrielle produite par les Gegauf sous le nom de Bernina, nom du Piz Bernina, le plus haut sommet des alpes orientales, pour affirmer l’origine Suisse de la marque. Le modèle fût tellement populaire que les gens se mirent à désigner la société Gegauf par le nom Bernina.

 

Pour lancer leur première machine à coudre domestique, les Gegauf s’associent à un ami de jeunesse, Wilhelm Brütsch, expert reconnu en conception de machine à coudre. Les deux familles Brütsch et Gegauf se connaissent depuis longtemps, pères et fils. Willi, fils et associé de Wilhelm Brütsch est un ingénieux concepteur de machines à broder et à coudre réputé et respecté qui a travaillé pour diverses usines à l’étranger. C’est donc Willi Brütsch qui conçoit la première Bernina, le modèle 105.

Contrairement à ce que l’on peut souvent lire, la 105 n’est pas la première machine à coudre domestique produite en Suisse, car il existait déjà un fabricant à Lucerne (Helvetia Schweizerische Nähmaschinen Fabrik). Néanmoins, elle se distingue par le niveau de qualité et de durabilité qui sont toujours l’apanage de la marque.

L’aggravation de la dépression économique des années 1930 ralentit le développement des ventes, néanmoins dès 1937, 20 000 machines à coudre Bernina ont été vendues.

Une histoire de famille

Bernina est et a toujours été une entreprise familiale. Elle entend bien le rester.

Gegauf frères et fils

Après la mort de son frère Georg en 1917 des suites d’un accident, Karl Gegauf (2ème à partir de la droite) travailla avec ses trois fils, autour de lui sur la photo ci-dessus : Fritz l’inventeur et entrepreneur de premier ordre, Ernst le mécanicien et Gustav, le plus jeune des trois est l’outilleur.

Fritz Gegauf

A la mort de son père en 1926, Fritz Gegauf reprend les reines. Aidé de son frère Gustav, Fritz dirigera la société jusque dans les années 60. Fritz, est considéré comme le leader providentiel qui a su repositionner et piloter la société durant des années difficiles et faire de Bernina la marque qu’elle est aujourd’hui. A la mort de Gustav, la société Gegauf est renommée « Fritz Gegauf AG » Nom qu’elle conserve aujourd’hui, Bernina étant le nom de la holding parente. En 1963, Bernina franchit le cap de 1 million de machines à coudre vendues.

Girl’s Power

Odette Ueltschi-Gegauf

En Suisse, les hommes n’ont accordé le droit de vote aux femmes qu’en 1971, après plusieurs refus (et pour la petite histoire le dernier canton Suisse a été forcé de leur accorder le droit de vote par décision du tribunal fédéral en … 1991).

Mais en 1965 Fritz Junior, que son père préparait depuis toujours à la succession, meurt en 1965. Sa soeur Odette Ueltschi-Gegauf parvient à convaincre leur père de lui donner sa chance, elle qui nest qu’une femme, qui n’a pas fait d’école de commerce et dont on n’attendait pas qu’elle dirige un jour autre chose qu’un ménage bourgeois. Tant et si bien qu’elle prend les rennes de l’entreprise familiale en 1979.

Odette dirige Bernina jusqu’en 1988. C’est sous sa direction qu’est lancé le modèle iconique de la marque, la Bernina 830, une machine à commande électrique actionnée par le pied, qui reste la meilleure vente pendant 11 ans ! En 1989, pour honorer l’empreinte laissée par Odette sur la société la nouvelle ligne de produit est baptisée Bernette, une combinaison de son prénom et de Bernina.

Hanspeter Ueltschi

Depuis 1988, c’est le fils d’Odette, Hanspeter Ueltschi qui est à la tête de Bernina. La société lui doit son succès sur le marché américain (67% du chiffre d’affaires) où Bernina est devenu la marque culte des quilteuses. C’est sous le mandat de Hanspeter que Bernina traverse la grande crise des années 90.

Si vous avez lu d’autres articles de notre « Telenovela de la Machina », vous savez déjà que la crise économique du milieu des années 90 est fatale aux dernières marques de machines à coudre européennes déjà fragilisées par les évolutions sociétales. Singer, Elna et Pfaff pour ne citer qu’elles font faillite ou sont vendues. Bernina résiste, même si elle doit se séparer de la moitié de son personnel. En 1996, l’usine de Steckborn ne compte plus que 500 employés au lieu de 1100 trois ans plus tôt. Mais Bernina réagit en choisissant l’innovation technologique. En 1997, au cœur de la crise économique, la marque investit 4 millions de francs Suisse dans le développement de machines à coudre entièrement informatisées ce qui donnera l’Artista en 1998.

L’arrivée massive des machines à coudre asiatiques bon marché tire vers le bas le prix d’appareils que de toute façon les consommatrices ont de plus en plus de mal à différencier les uns des autres. Bernina à la chance et l’intelligence de se positionner sur le segment à plus forte croissance: celui des machines très haut de gamme qui peuvent coûter jusqu’à $5000 de l’époque.

La cinquième génération de la famille

Aujourd’hui, la cinquième génération de la famille, se prépare à continuer la saga, il s’agit des enfants de Hanspeter Ueltschi, Katharina et Philipp. Ueltschi. Pour l’instant, ils font leurs armes dans le groupe. Aux dernières nouvelles, Philipp Ueltschi a créé une nouvelle marque destinée aux jeunes aux États-Unis tandis que Katharina a récemment pris la responsabilité de la distribution des produits Bernina à Singapour.

La Rolls des machines à coudre

Le siège social de Bernina, dans la banlieue de Steckborn

Bernina est connue pour son environnement social très favorable à ses employés dont beaucoup travaillent sur le site depuis 20 ou 30 ans.  Bernina est depuis toujours réputée pour sa qualité de fabrication, ses capacités d’innovation et la longévité de ses appareils. Il semble qu’une grande partie des employés de son usine en Suisse est affectée au contrôle qualité avec des appareils capable de détecter les variations d’épaisseur d’une pièce au 1000ème de centimètre. Les Bernina sont unanimement considérés comme les machines à coudre et à broder les plus hauts de gamme du marché, ce que reflètent leurs prix élevés.

Depuis 1989, la marque a lancé Bernette une ligne de machines qui correspondent à son entrée et milieu de gamme, et sont plus accessibles. Si aussi bien de l’avis des réparateurs que de celui utilisateurs la réputation des machines Bernina est méritée. Côté Bernette les choses semblent plus mitigées. Ainsi dans le dernier comparatif effectué en juillet 2016 par l’association Que Choisir, sur les 17 modèles testés, les Bernette London 8 et London 15 arrivent respectivement en huitième et dixième positions.

Bernina est la seule marque de machines à coudre à toujours posséder une usine de fabrication en occident. L’usine de Steckborn fabrique les machines haut de gamme. Les machines d’entrée et de milieu de gamme sont fabriquées dans l’usine ultra moderne de Bernina à Lamphun en Thaïlande. Selon certaines rumeurs les surjeteuses Bernina seraient fabriquées par le Japonais Juki et certaines Bernette par le Japonais Janome. Difficile de savoir ce qu’il en est. Dans tous les cas Janome et Juki sont les deux géants du secteur tous deux reconnus pour la qualité de processus et équipements, si ces contrats de sous-traitances étaient avérés, je ne vois pas en quoi ils seraient d’emblée problématiques. Toutes les machines, Bernina et Bernette restent conçues et testées en Suisse.

A mon avis, deux grandes raisons expliquent « l’exception Bernina ». Tout d’abord, son positionnement haut de gamme qui lui a permis de préserver ses marges là où les autres fabricants n’ont pas pu résister à la guerre des prix. Ensuite, Bernina à sur comprendre et accompagner la transition de la couture-utile à la couture-hobby.

Crédits

https://www.bernina.com/

“The Story of Bernina,” Aurora, Ill.: BERNINA of America, Inc., 2001. 

Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Bernina_International#cite_note-3

http://www.alt-steckborn.ch/bernina.html

Vidéo corporate : https://youtu.be/xjHMYGAZzhI

http://www.artonstamps.org/Art-Gallery/Embroidery/embroidery.htm

Sources

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/63/Karte_Bodensee-fr.svg

 

 

 

 

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

A Propos de UP  - Contact

©2018 - United Patterns

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account