Husqvarna Viking : comment une déesse scandinave sauva une fabrique d’armes

Le prochain épisode de notre saga se déroule en Suède, en pleine campagne, sur fond de sapins et de cascades.

HUSQVARNA tient son nom d’une petite ville du sud de la Suède située près du lac Vattern, le second plus grand lac du pays. La ville fait aujourd’hui partie de l’agglomération de Jönköping, où se trouve notamment le siège d’Ikea, de Saab et d’Electrolux. Une telle concentration s’explique par la situation idéale de la ville : elle est située aux croisements d’axes de circulations importants qui en font un centre logistique majeur de Suède. Pour la petite histoire, Jönköping est la ville où furent inventées les allumettes suédoises.

Au nom du roi !

Nous sommes en Suède, un siècle avant la révolution Française, en 1689. En France et pour encore 26 ans, c’est le règne de Louis XIV avec la création des manufactures royales qui vont imposer le style Français dans toute l’Europe.

En Suède, le roi Charles XI vient d’autoriser la construction d’une fabrique de mousquets près des chutes d’HUSQVARNA : la Manufacture royale des Fusils HUSQVARNA. Jusque-là le village était surtout connu pour ses impressionnantes chutes d’eau où l’on pouvait voir les saumons sauter à contre-courant pour remonter la rivière.

Fin des chuttes d’Husqvarna.

Le choix de la ville d’Husqvarna pour établir la manufacture ne doit rien au hasard. La tradition des forgerons d’armes dans la région remonte aux années 1300 avec la fondation de la forteresse militaire de Rumlaborg où l’on utilise la force hydraulique pour chauffer les forges. Au fil des siècles, la région a attiré de nombreux artisans spécialisés dans la fabrication d’armes. La main d’oeuvre y est donc particulièrement qualifiée, mais chaque artisan travaille à son compte. La création de la manufacture royale près des chutes d’ HUSQVARNA organise les ressources de manière plus efficace. En un an la production passe de 1 000 à 12 000 canons de fusils !

Le blason de l’armurerie royale Husqvarna en 1689. Pendant plusieurs siècles, la marque, très fière d’être associée à la couronne royale Suédoise, a apposé ce logo sur ses produits.

Aujourd’hui, ce blason est toujours le symbole de la marque mais dans une version plus stylisée.

Recherche nouveau produit désespérément

En 1757, la couronne suédoise vend l’armurerie qui devint une entreprise privée. Ce changement de statut est lourd en conséquences … 120 ans plus tard. Vers 1872, lorsque les commandes d’état commencent à se raréfier, comme toute entreprise privée, la manufacture d’Husqvarna se met en quête de nouveaux clients et de nouveaux produits.

A cette époque, la grande nouveauté est la machine à coudre. Elle soulage le travail des femmes et se vend comme des petits pains dans le monde entier. En Amérique, en Grande-Bretagne et en Allemagne, les usines fleurissent comme des fleurs des champs. HUSQVARNA décide donc de se lancer dans cette industrie. Habituée à forger de l’acier et à assembler des mécaniques de précision, les suédois se sentent dans leur élément.

Ce choix de diversification rappelle celui du fabricant d’arme Genevois Tavaro qui conduira au lancement de la marque ELNA.

HUSQVARNA, atelier de canon de fusil. La société fabriquera des fusils jusqu’en 1989. 

Pendant près de 200 ans, HUSQVARNA a surtout produit de l’armement mais il ne faudra que trois ans pour mettre les ateliers en capacité de fabriquer des machines à coudre. La manufacture produit également d’autres articles domestiques. Très vite, l’entreprise est en plein essor, fabriquant à peu près tout pour la maison, des casseroles aux poêles en passant par les bicyclettes. La société accompagne ainsi l’urbanisation croissante de la population suédoise.

En 1903, HUSQVARNA lançe même la première moto (plus précisément une bicyclette motorisée), 6 mois avant Harley Davidson ! Aujourd’hui encore, HUSQVARNA se distingue par une large diversification de ses produits.

Atelier de montage de machnes à coudre vers 1900.

Atelier de montage de machnes à coudre vers 1950.

Première machine à coudre, première catastrophe

 La première machine à coudre sortie des ateliers HUSQVARNA est la Northern Star en 1872. Surnommée « dos de chat », c’est sans doute l’une des belles machines à coudre jamais imaginée. Malheureusement ce design si esthétique la rend également trop fragile, surtout pour les tissus laineux épais qui sont à la mode en cette fin du XIXème siècle.

Après le lourd investissement pour doter la manufacture d’une fonderie, HUSQVARNA attendait beaucoup des ventes de la Northern Star. Elles sont désastreuses. Les plaintes des clients et les retours se multiplient. Seuls 500 exemplaires furent produits. Pire : à la fin de 1876, la couronne suédoise arrête définitivement ses commandes. HUSQVARNA est dans une situation très difficile.

La première machine à coudre créée par HUSQVARNA, l’étoile du berger, surnommée « dos de chat » (1872-1874) est aujourd’hui l’une des machines à coudre les plus prisées par les collectionneurs.

L’homme de la situation

 Un homme va retourner la situation. Il s’appelle Wilhem Tham et il est le nouveau directeur. Lorsqu’il prend ses fonctions en 1877, l’usine HUSQVARNA compte 180 employés et la ville 600 habitants. Tham va réorienter la production d’armes vers les armes de chasse et accélérer la production de poêles et autres équipements ménager. Et surtout, ayant compris que l’on ne s’improvisait pas constructeur de machine à coudre, Tham va expédier son Responsable Technique Eskil Lindblad aux Etats-Unis pour un étudier les dernières technologies (les mauvais esprits diront pour espionner ….), visiter des usines SINGER et recruter du personnel clef. Aux grands maux les grands remèdes !

Wilhem Tham est celui qui a su « démilitariser » la fabrique d’armement d’HUSQVARNA et qui a contribué au développement de la ville en aidant notamment les ouvriers à construire leurs propres maisons. A sa mort 34 ans plus tard, le chiffre d’affaire de la société a été multiplié par 35, la surface de l’usine est passé de 3000m2 à 40 000m2, l’usine compte 1500 employés et la ville 6700 habitants !

La déesse de la Fertilité

Il faudra néanmoins attendre 12 ans pour qu’HUSQVARNA se risque à lancer un second modèle de machine à coudre ! La société décide de réduire le risque en achetant les droits de reproduction d’une machine à coudre américaine (American Weed). Ce second modèle, sorti en 1883, est la Freja. Le nom « Freja » ou Freya est celui de la déesse scandinave de la Terre et de la Fertilité, la plus populaire de toutes les déesses, et celle que l’on vénéré le plus longtemps dans les pays nordiques. Encore aujourd’hui, son nom est des plus populaires en Scandinavie pour les filles.

La machine à coudre Freja est un franc le succès. Il s’en vend 200 000 exemplaires jusqu’en 1925.

La Freja, le premier succès commercial d’HUSQVARNA. L’appareil est une version améliorée d’une machine de SINGER. 200 000 modèles vendus. Cette machine est celle qu’HUSQVARNA a produit sur la plus grande durée, de 1883 à 1925.

D’une manière générale, Jusqu’à la seconde guerre mondiale, HUSQVARNA est un challenger qui produit des versions plus ou moins améliorées des modèles de machine à coudre créées par les leaders en utilisant des brevets tombés dans le domaine public. Les machines HUSQVARNA étaient appréciées pour leur fiabilité et leur solidité et leur esthétique correspondait davantage aux goûts scandinaves.

C’est à partir du conflit mondial que HUSQVARNA devient connue pour ses innovations techniques (par exemple, la lubrification permanente de la machine). La particularité de la plupart des innovations d’ HUSQVARNA est qu’elles ne se voient pas forcément. On en ressent simplement les bénéfices à l’usage.

Pour y voir plus clair

Husqvarna ou Huskvarna ? Les 2. A l’origine le nom de la ville s’écrivait « Husqvarna » (ce qui signifierait grosso modo « la chute »). Lorsque du fait de l’évolution de la langue, l’orthographe de la ville est passée à « Huskvarna », notre marque a préféré conserver la première orthographe sous laquelle elle était connue.

Husqvarna et/ou Viking ? Les 2. Le nom Husqvarna étant difficile à prononcer pour les étrangers, surtout pour les américains, la société pris l’habitude de se désigner sous le nom de « Viking », plus facile à prononcer et à mémoriser tout en reflétant bien ses origines scandinaves.

Dans les années 50, HUSQVARNA fabrique 100 000 machines par an, soit à peu près l’équivalent d’ELNA. La société est désormais connue dans le monde entier et une véritable ville s’est bâtie autour de l’usine. En 1877, HUSQVARNA avait 180 employés, en 1946, ils étaient 6000 dans le groupe dont 4000 à l’usine.

 La valse des fusions acquisitions

 Depuis les années 60 déjà marché de la machine à coudre a atteint la saturation et devient surtout un marché de renouvellement. A partir des années 70, l’émancipation des femmes et la baisse du prix des vêtements les détournent de la confection et du raccommodage. En 1978, Electrolux, autre société Suédoise poids lourd de l’électroménager, acquiert HUSQVARNA à fortement limiter ses produits au seul secteur du jardinage. En 1999, HUSQVARNA  achète l’allemand PFAFF. En 2006, La branche machine à coudre d’HUSQVARNA et PFAFF sont cédés à un fond d’investissement américain, Kohlberg Management IV, qui possède déjà la marque Singer. La transaction, doit permettra de créer une nouvelle société rassemblant ces trois marques et baptisée SVP Holdings (SINGER VIKING PFAFF). L’objectif est de couvrir la totalité du marché des loisirs créatifs, PFAFF et HUSQVARNA ayant un positionnement plus haut de gamme que Singer. Au moment de leur cession, HUSQVARNA et PFAFF génèrent des ventes annuelles de 240 millions d’euros. Elles emploient 2000 personnes avec des usines situées en Suède et en République tchèque. Leurs produits sont commercialisés dans 57 pays. Singer de son côté est présent dans 190 pays via des franchisés. Ses usines sont situées au Brésil et en Chine.

 4 sociétés différentes utilisent la marque HUSQVARNA : d’abord le Groupe HUSQVARNA Suédois qui commercialise des outils électroportatifs de jardins et possède aussi la marque Gardena. Puis l’Autrichien HUSQVARNA motorcycle. Ensuite le Suédois Electrolux pour l’électroménager. Enfin le groupe SVP  américain SVP qui commercialise les machines à coudre VIKING.

Aujourd’hui, les modèles sont toujours conçus en Suède, à HUSQVARNA mais ils sont désormais fabriqués dans les usines du groupe SVP, difficile de savoir où exactement.

HUSQVARNA bénéficie toujours d’une bonne réputation de qualité, de fiabilité et de robustesse, mais étant peu connue en France est moins bien maîtrisée par les réparateurs.

 

SOURCES

http://www.husqvarna-motorcycles.com/heritage

http://www.sewalot.com/husqvarna_sewing_machines.htm

http://www.husqvarnaviking.com/da-DK/About

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

A Propos de UP  - Contact

©2018 - United Patterns

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account