La guerre de la machine à coudre

Titre guerre machine a coudre 1870

L’histoire de la machine à coudre ressemble à un feuilleton brésilien

Bienvenu dans notre feuilleton de l’été : LA TELENOVELA DE LA MACHINA ! Ça commence avec des enfances difficiles, ça se poursuit par des fugueurs polygames et ça se termine par des maîtres du monde possédant 80% des parts de marché ! Dans l’intervalle, tous ceux qui fabriquent des moteurs s’y sont un jour cassés les dents, de Peugeot à … Toyota. Dans cet épisode, plantons le décor et voyons comment notre bonne vieille machine à coudre est devenue la première « innovation partagée » (open innovation) il y a plus de 160 ans à l’issue de ce que les historiens appellent officiellement La Guerre De La Machine A Coudre.

Comment en est-on arrivé là ?

Celui qui est généralement considéré comme le premier à avoir fabriqué une machine domestique vraiment efficace, capable de faire des points de couture qui ressemblent à des points cousus mains, fiable et simple à utiliser est l’Américain Elias Howe en 1846.

Guerre machine a coudre Elias Howe

Elias Howe et sa machine à coudre

Dans les années qui suivirent, plusieurs inventeurs apportèrent des améliorations notables au modèle de Howe et chacun y alla de son brevet : Singer, Grover & Baker, Wheeler & Wilson, Bartholf, Nichols & Bliss, Woolridge, Lerow, Keene, Moore

Des brevets d’inventions à ne plus savoir qu’en faire

Toutes ces innovations créèrent un enchevêtrement de brevets dans lequel plusieurs inventeurs pouvaient se targuer de posséder un brevet sur une fonction essentielle à la fabrication d’une bonne machine à coudre. Chaque brevet donnant droit à des royalties, ce système créait des coûts de royalties très élevés qui rendaient les machines hors de prix.

Des machines à coudre pour quelques "happy few"Le total des royalties à payer pour fabriquer une bonne machine à coudre était très élevé et rendait les machines hors de prix. Les constructeurs épuisaient leur énergie et leur argent en poursuites judiciaires pour percevoir leurs royalties.

C’est cette suite de procès sans fin, ces batailles commerciales à coup d’opérations marketing très agressives que les historiens ont appelé la Guerre de la Machine à Coudre. Les actions judiciaires de ces nouveaux capitaines d’industrie étaient dans tous les journaux. On en a même fait une symphonie! (voir l’illustration de la couverture du livret de la symphonie ci-dessous).

(ceci est le texte de l’illustration) La Guerre de la Machine à Coudre est une symphonie de F. Hyde écrite en 1874. Sa couverture nous montre l’armée des Remington pourchassant les Singer en train de battre en retraite.

guerre fabricants machine a coudre

C’est alors qu’un des constructeurs de machine, qui était aussi avocat, Orlando Potter, proposa une solution inédite : Fusionner leurs brevets en un brevet unique, une royaltie unique au montant réduit qui serait perçue sur chaque machine et dont les revenus seraient équitablement partagés entre les inventeurs.

Les principaux inventeurs (Howe, Singer, Grover & Baker, Wheeler & Wilson) se rallièrent à l’idée et fusionnèrent leurs brevets, créant ainsi le premier « bouquet de brevets ».

Entre les années 1850s et 1860’s, le coût des royalties passa progressivement de $25 à $5 par machine. Le prix des machines décrut fortement et les ventes de machines à coudre explosèrent. Par la même occasion, le prêt-à-porter était né !

Le décor est planté. Dans le prochain post, nous reviendrons quelques années en arrière pour découvrir comment Singer a écrasé ses concurrents en faisant mieux que Bill Gates !

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

A Propos de UP  - Contact

©2018 - United Patterns

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account