Machine à coudre SINGER: vie et oeuvre d’un homme insupportable

Un soir de 1823, un petit garçon de 12 ans se faufile hors de chez lui. Il laisse derrière lui 7 frères et sœurs, un foyer divisé et la petite ville d’Oswego, New York, pour aller rejoindre une troupe ambulante d’acteurs. Ce petit garçon s’appelle Isaac Merritt Singer et cette fugue n’est que la première d’une longue série.

Le mécanicien qui se rêvait acteur

Isaac Singer veut être acteur, monter sur les planches et vivre la belle vie. Mais Isaac est un piètre acteur, n’est pas très sympathique et respecte peu la propriété des autres, caractéristiques qui le rendent vite odieux à la plupart de ses camarades de jeu. Qu’à cela ne tienne Isaac essaye, essaye, et essaye encore. Il suit les troupes ambulantes, se fait engager par le théâtre local, mais rien n’y fait. Les planches ne nourrissent pas leur homme. Pour sa subsistance, il est obligé de s’en remettre à ses talents de mécanicien, métier qu’il a appris en tant qu’apprenti depuis l’adolescence. Et Issac est un très bon mécanicien.

Isaac Merritt Singer acteur

Fuir ou ne pas fuir ?

Alors sa vie s’étire entre scènes de théâtre et ateliers de mécanique. A cela, il faut ajouter une  épouse de 15 ans, Catherine, arrivée en 1830 et qui forme la troisième pointe du triangle Atelier-Théâtre-Maison. Le circuit est bien rodé: s’employer quelques mois dans un atelier pour gagner des sous, rejoindre une troupe de passage et s’enfuir quelques semaines pour vivre la belle vie, revenir vers Catherine et son amour inconditionnel quand rien ne va plus avant de retourner à l’atelier pour gagner des sous. Tout cela en accumulant les kilomètres et les enfants.

En 1835, au fil des errances d’Isaac, la famille Merritt Singer se retrouve à New York où Isaac continue à arpenter son circuit, Atelier-Théâtre-Maison. Il répare et améliore des machines industrielles; il déserte le domicile conjugal des semaines durant pour suivre une troupe ou monter sur les planches d’un théâtre local. S’il jouit d’une petite notoriété, c’est surtout pour ses aventures galantes bien connues. En effet, Isaac a l’habitude de ramener ses conquêtes à la maison; c’est tellement plus pratique !

Sa première invention arrive en 1839. C’est un excavateur mécanique pour forer dans la roche. Avec les gains il monte …. une troupe de théâtre ! « The Merritt Players ». La joyeuse bande commence immédiatement une tournée qui durera jusqu’à l’épuisement des fonds. Isaac retourne alors à contrecœur vers le métier d’inventeur et pas par la grande porte. Alors qu’il est employé par un imprimeur pour couper les caractères d’imprimerie dans le bois, il trouve sa tâche si ennuyeuse qu’il invente une machine capable de faire ce travail… Pendant les années suivantes, Isaac dépense énormément d’énergie pour essayer de faire financer ses inventions. Ce n’est pas tant qu’il y tient… mais elle permettent de continuer à monter sur les planches, car au fond de son coeur, Isaac est encore et toujours un acteur. Alors pour pouvoir poursuivre son rêve, il enchaîne partenariats et prototypes sans jamais aboutir à rien.

Le grand inventeur

1850, New York. Isaac Merritt Singer expose les prototypes qu’il a pu développer dans la boutique de M. Phelps. M. Phelps est propriétaire d’un petit atelier derrière la boutique, où il fabrique des machines à coudre à partir des brevets de Blodgett & Lerow. La machine de Blodgett & Lerow est très rapide mais a le défaut majeur de tomber régulièrement en panne. M. Phelps demande à Isaac d’y jeter un coup d’œil.  Merritt Singer identifie vite des problèmes structurels. Phelps impressionné l’incite à creuser davantage. Rapidement, Merritt Singer propose une solution qui va rendre l’utilisation des machines beaucoup plus simple : le passage d’une navette verticale plutôt que latérale.

Jusque là, toutes les machines à coudre sont développées sur le modèle proposé par Elias Howe  réalisent le point de couture par mouvement latéral de l’aiguille. Ce mouvement reproduit le mouvement de la couturière. Le tissu est “redressé” le long d’un appui et la navette le pique par le côté.

La machine Elias Howe et son mouvement latéral

Première machine a coudre Singer

La machine Singer et son mouvement d’aiguille horizontal

Selon une autre version de l’histoire, M. Phelps serait directement venu solliciter Merritt Singer afin qu’ensemble, ils conçoivent un nouveau modèle de machine à coudre. La chose faite, Merritt Singer aurait écarté M. Phelps de l’entreprise pour s’en approprier tous les bénéfices.

Quoiqu’il en soit, en inventant le mouvement vertical de l’aiguille de machine à coudre, Isaac Merritt Singer s’est engagé sur une route qui le conduira à la fortune et l’éloignera définitivement de la scène.

Histoire machine a coudre SINGER

Isaac Merritt Singer et sa machine à coudre à navette verticale. Les premières machines s’installaient sur leur caisse d’emballage qui constituait la table de la machine.

En 1850, Isaac Merritt Singer dépose le brevet d’une machine à coudre à navette verticale et créé sa société l’année suivante. La marque Singer est née.  Peu intéressé par la gestion quotidienne d’une petite entreprise, Isaac Singer jette son énergie colossale dans la guerre de la machine à coudre. Les affaires courantes sont laissées à son associé Edward Cabot Clark dont les innovation commerciales sont déterminantes.  Il ne faut pas longtemps à Isaac Singer pour se rendre odieux auprès de ses associés qui le verront partir 12 ans plus tard avec soulagement. En 1864, devenu l’un des hommes les plus riches de son temps, longtemps avant Ford et Rockefeller, Isaac Merritt Singer se retirera définitivement des affaires.

Vous aimerez aussi : la guerre de la machine à coudre

Arrêté pour bigamie

De son temps, Isaac Merritt Singer est autant connu pour sa réussite financière que pour son train de vie flamboyant.

Marié plusieurs fois, coureur de jupons pathologique, il vécut avec jusqu’à 4 femmes en même temps. On estime qu’il a eu au moins 24 enfants de 4 ou 5 femmes différentes, dont une française (Isabelle Eugénie Boyer). Cette vie sentimentale agitée lui valut des scènes dignes des meilleurs vaudevilles. Comme lorsqu’il fût arrêté pour bigamie, après que sa femme l’ait croisé dans la rue avec l’une de ses maîtresses. Il est libéré sous caution en attendant le jugement de l’affaire. Mais Singer préfère fuir en Europe. Sa vie dissolue lui aura également fermé les portes de la bonne société. Dans un pays où la seule noblesse qui compte est celle de l’argent, sa fortune colossale n’aura pas suffit  à faire oublier sa bigame de fait sinon de droit.

Tout cela peut faire sourire… si l’on oublie la caractère pathologique de cet ogre sexuel toujours en quête d’une aventure. Ces différentes femmes, maîtresses, aventures d’un soir et ses 24 enfants ont sûrement une perspective différente sur les frasques de papa. Acteur médiocre vivant au jour le jour, inventeur obscur pendant des décennies, le foyer conjugal a souvent représenté un exutoire aux frustrations de ce personnage ambitieux.

Fuyant un procès en bigame en 1862, Isaac Merritt Singer se retrouve donc en France où il s’empresse de se remarier et de faire des bébés. Il en est chassé en 1870 par la guerre franco-prussienne et part pour l’Angleterre où il s’établit finalement à Torquay, une petite ville de la “Riviera anglaise”. C’est là qu’il  meurt à 64 ans marié à une femme de 30 ans sa cadette qui était considérée comme l’une des plus belles d’Europe. D’ailleurs, la légende dit qu’elle servit de modèle pour la statue de la liberté.

La scandaleuse princesse de Polignac est une des filles d’Isaac Merritt Singer.

Isaac couchera chacun de ses 24 enfants sur son testament, faisant leur fortune. Deux seulement s’inspireront de la vie scandaleuse de leur père. Paris Eugène Singer son dernier fils, quitte sa femme pour la célèbre danseuse Isadora Duncan avec qui il aura un enfant. Une des filles d’Isaac, Winnaretta Singer, s’évertuera a mener une vie bourgeoise et décente dans un mariage ennuyeux avant de jetter l’éponge pour épouser le gay prince de Polignac dont les inclinations lui garantiront une totale liberté de moeurs. La Princesse de Polignac est passée à la postérité pour son rôle de muse et de protectrice de jeunes musiciens dont Ravel et Debussy et Stravinsky.

Pourquoi Singer est-il devenu Singer ?

Aujourd’hui, Singer est une marque si familière « que les Français sont persuadés qu’elle est française, les Anglais, qu’elle est anglaise et les Allemands, qu’elle est allemande » (Marie Hélène Martin, Libération 2002). Comment en est-on arrivé là ?

Réclame pour Singer affichant le “S”, logo de la marque.

En utilisant un terme à la mode, nous dirions que Singer à « disrupté » le marché de la machine à coudre. La machine à coudre était LA grande innovation du moment. Une couturière réalise en moyenne 40 points à la minute. La première machine brevetée par la Singer Sewing Machine Company affichait 900 points à la minute. Tout l’enjeu des inventeurs et des industriels est de mettre au point une machine à coudre qui ne tombe pas en panne tous les 4 jours et fait des points aussi réguliers que ceux d’une couturière.

Cependant, l’immense fortune que va amasser Isaac Merritt Singer s’explique par le marketing et non l’innovation technologique. Singer a grandement contribué à améliorer les performances de la machine à coudre, mais bien qu’inventeur et pourvoyeur d’innovations techniques majeures, les principales innovations introduites par la marque ne sont pas techniques, mais marketing et commerciales.

Singer : des conditions de paiement facilités (on easy terms)

La machine à coudre Singer n’a pas été un succès immédiat. Elle rencontre les mêmes obstacles que les autres machines présentent sur le marché. La premier obstacle est l’opposition farouche d’une partie des consommateurs: les tailleurs, inquiets de se voir remplacer pas une machine, rejettent obstinément le produit. En France, l’atelier de l’inventeur officiel de la machine à coudre Barthélemy Thimonnier a été détruit par une foule de tailleurs en colère en 1841. Le second obstacle est le prix des machines à coudre. La première Singer est vendue au prix de 100$ ce qui est considérable quand une famille américaine moyenne gagne environ 500$ par an. La force de Singer est d’avoir contourner ces 2 obstacles en faisant des choix marketing différents de ces concurrents.

Tout d’abord Singer inventa la vente à crédit. Singer fut la première marque à proposer à ses clients de payer en plusieurs fois, une innovation qui permit la véritable démocratisation de la machine à coudre. Le salaire moyen était de 5$-10$ par semaine et une machine à coudre coûtait dans les 125$ ce qui rendait son achat comparable à celui d’une voiture aujourd’hui. Avec Singer, on pouvait payer 5$ et partir avec la machine.

Ensuite, Singer généralisa des pratiques commerciales agressives souvent jugées vulgaires par ses contemporains : le porte à porte qui, au passage, simplifie la collecte des paiements mensuels, des showrooms tape à l’œil, l’utilisation de jeunes femmes très … accortes pour faire les démonstrations dans les foires, le rachat des machines d’occasion pour créer la rareté et le lancement régulier de nouveaux modèles pour inciter au remplacement.

Très vite, Singer partit à la conquête du monde. Ici, une communication de la marque cira 1892

Enfin Singer fut pionnier en matière de développement international. Cela nous semble totalement évident maintenant, mais Singer fut la première multinationale américaine avec une usine en Russie dès 1904. Elle ouvrit des usines dans le monde entier pour minimiser les coûts de transport.

Singer bénéficia aussi d’une organisation très centralisée et d’un management efficace. Isaac Meritt Singer n’est resté à la tête de son entreprise que 12 ans. C’est donc une série de dirigeants plutôt qu’un seul homme qui ont œuvré pour faire de Singer la marque que nous connaissons.

L’immeuble SINGER donne la mesure de la fortune amassée par Isaac Merritt Singer. Il restera le plus haut building du monde pendant 1an.

Dans les années 60, SINGER se diversifia fortement en réalisant de multiples acquisitions. Comme tous ses concurrents, la société souffrit du déclin de la figure de la couturière à partir des années 1970. En 1999, les errances du management conduisirent la société à la faillite.

Singer aujourd’hui

Aujourd’hui, Singer est d’abord une licence de marque qui donne le droit à son propriétaire de commercialiser des machines sous ce nom en concluant des contrats de fabrication avec les usines de son choix.

Depuis 2006 SINGER est la propriété de SVP Worldwide.

SVP Worldwide est une société américaine domiciliée aux Bermudes qui possède aussi les marques HUSQVARNA VIKING et PFAFF. SVP Worldwide appartient elle-même à un fond d’investissement américain, Kohlberg & Company qui est spécialisé dans le rachat d’entreprise par effet de levier ou leveraged buyout. Le leverage buyout est une opération qui vise à faire financer une partie de son propre prix d’acquisition par l’entreprise que l’on vient d’acheter. Pour cela, on réduit drastiquement les coûts pour maximiser la rentabilité de l’entreprise.

SVP Worldwide : un groupe pour les contrôler toutes et sur internet, les unir !

Les appareils de ces trois marques, SINGER, PFAFF et HUSQVARNA VIKING sont fabriqués dans la même usine en Chine mais ils sont de qualités très différentes. Il existe aussi une usine dédiée aux machines SINGER au Brésil. SINGER se spécialise désormais dans des modèles d’entrée de gamme en capitalisant sur sa réputation.

Crédits

The Smithsonian museum : http://www.smithsonianmag.com/smithsonian-institution/how-singer-won-sewing-machine-war-180955919/

ISMACS The International Sewing Machine Collector’s Society:  http://ismacs.net/

Eisenstadt, Peter (ed.) (2005). “Skyscrapers”, The Encyclopedia of New York State, 1417-1418. Syracuse, New York: Syracuse University Press.

Gerometta, Marshall (2010). Height: The History of Measuring Tall Buildings. Council on Tall Buildings and Urban Habitat. Retrieved on 2010-12-20.

Si vous voulez vous plonger dans la vie tumultueuse d’Isasc Merritt, la biographie à lire est celle d’Alex Askaroff, Isacc Merritt Singer, the first capitalist. Malheureusement l’ouvrage est en Anglais et n’a pas été traduit en Français. http://www.sewalot.com/singer_history.htm

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

A Propos de UP  - Contact

©2018 - United Patterns

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account